1ère étape pour apprendre à regarder son corps après un traitement du cancer du sein

1ère étape pour apprendre à regarder son corps après un traitement du cancer du sein

Le cancer du sein et ses traitements peuvent provoquer des changements dans votre corps et votre apparence.

Par exemple, après la chirurgie, il vous restera une cicatrice ou des cicatrices.

Vous avez peut-être perdu vos cheveux si vous avez eu une chimiothérapie. Beaucoup de gens prennent également du poids pendant ou après le traitement.

Même si de nombreux effets du traitement peuvent être temporaires, ils peuvent être très perturbants et avoir un effet important sur la façon dont vous voyez votre corps, notamment parce qu’ils peuvent être un signe extérieur de cancer.

La plupart des femmes subissent une intervention chirurgicale dans le cadre de leur traitement et la première fois que vous regardez votre corps après l’opération peut être difficile.

Après la chirurgie, la région de votre poitrine / poitrine risque d’être meurtrie et enflée, mais cela s’améliorera avec le temps.

Pour certaines femmes, la chirurgie n’affecte pas ce qu’elles ressentent pour elles-mêmes, mais beaucoup d’autres trouvent les changements plus difficiles à accepter. Votre confiance et votre estime de soi peuvent être affectées et vous pouvez vous sentir moins femme et moins attirante.

 

Je vais vous donner une première approche pour vous habituer à vos changements corporels

La recherche a montré que plus vous êtes confronté rapidement aux changements physiques de votre corps, plus vous avez de chance de vous l’approprier  et de mieux en accepter ses changements.

Cependant, il faut reconnaître que certaines personnes n’auront pas eu la chance ou le courage de le faire rapidement.

Vous souhaitez vous sentir plus à l'aise avec votre corps ?
Vous aimeriez surmonter vos complexes ?
Vous affirmer réellement serait une bonne chose pour vous ?
 

Inscrivez-vous et rejoignez les 7872 autres abonnés

Merci et encore bienvenue aux nouveaux abonnés de cette semaine

 
eyJpZCI6IjEzIiwibGFiZWwiOiJSZWpvaWduZXotbm91cyAhIiwiYWN0aXZlIjoiMSIsIm9yaWdpbmFsX2lkIjoiNSIsInVuaXF1ZV9pZCI6ImJzbzE1aSIsInBhcmFtcyI6eyJlbmFibGVGb3JNZW1iZXJzaGlwIjoiMCIsInRwbCI6eyJ3aWR0aCI6IjEwMCIsIndpZHRoX21lYXN1cmUiOiIlIiwiYmdfdHlwZV8wIjoiY29sb3IiLCJiZ19pbWdfMCI6Imh0dHBzOlwvXC9zYXZvaXJldHJlLXNvaS5jb21cL3dwLWNvbnRlbnRcL3VwbG9hZHNcLzIwMTdcLzExXC9jdXAtMjg4NDA1OF8xOTIwLmpwZyIsImJnX2NvbG9yXzAiOiIjZDBmMGVmIiwiYmdfdHlwZV8xIjoiY29sb3IiLCJiZ19pbWdfMSI6IiIsImJnX2NvbG9yXzEiOiIjMzMzMzMzIiwiYmdfdHlwZV8yIjoiY29sb3IiLCJiZ19pbWdfMiI6IiIsImJnX2NvbG9yXzIiOiIjZjk2OTBlIiwiYmdfdHlwZV8zIjoiY29sb3IiLCJiZ19pbWdfMyI6IiIsImJnX2NvbG9yXzMiOiIjZGQzMzMzIiwiZmllbGRfZXJyb3JfaW52YWxpZCI6IiIsImZvcm1fc2VudF9tc2ciOiJCaWVudmVudWUgXHUwMGUwIHZvdXMgZXQgbWVyY2kgXHUwMGUwIHZvdXMgZGUgbm91cyByZWpvaW5kcmUiLCJmb3JtX3NlbnRfbXNnX2NvbG9yIjoiIzRhZThlYSIsImhpZGVfb25fc3VibWl0IjoiMSIsInJlZGlyZWN0X29uX3N1Ym1pdCI6IiIsInRlc3RfZW1haWwiOiJpbmZvQHNhdm9pcmV0cmUtc29pLmNvbSIsInNhdmVfY29udGFjdHMiOiIxIiwiZXhwX2RlbGltIjoiOyIsImZiX2NvbnZlcnRfYmFzZSI6IiIsInB1Yl9wb3N0X3R5cGUiOiJwb3N0IiwicHViX3Bvc3Rfc3RhdHVzIjoicHVibGlzaCIsInJlZ193cF9jcmVhdGVfdXNlcl9yb2xlIjoic3Vic2NyaWJlciIsImZpZWxkX3dyYXBwZXIiOiI8ZGl2IFtmaWVsZF9zaGVsbF9jbGFzc2VzXSBbZmllbGRfc2hlbGxfc3R5bGVzXT5cclxuICAgIDxsYWJlbCBmb3I9XCJbZmllbGRfaWRdXCI+W2xhYmVsXTxcL2xhYmVsPltmaWVsZF1cclxuPFwvZGl2PiJ9LCJmaWVsZHMiOlt7ImJzX2NsYXNzX2lkIjoiMTIiLCJuYW1lIjoiIiwibGFiZWwiOiIiLCJwbGFjZWhvbGRlciI6IiIsInZhbHVlIjoiPGRpdiBjbGFzcz1cImFib3V0XCI+PHNwYW4gc3R5bGU9XCJmb250LXNpemU6IDI0cHQ7XCI+Vm91cyBzb3VoYWl0ZXogdm91cyBzZW50aXIgcGx1cyBcdTAwZTAgbCdhaXNlIGF2ZWMgdm90cmUgY29ycHMgPzxcL3NwYW4+PGJyIFwvPjxzcGFuIHN0eWxlPVwiZm9udC1zaXplOiAyNHB0O1wiPlZvdXMgYWltZXJpZXogc3VybW9udGVyIHZvcyBjb21wbGV4ZXMgPzxcL3NwYW4+PGJyIFwvPjxzcGFuIHN0eWxlPVwiZm9udC1zaXplOiAyNHB0O1wiPlZvdXMgYWZmaXJtZXIgclx1MDBlOWVsbGVtZW50IHNlcmFpdCB1bmUgYm9ubmUgY2hvc2UgcG91ciB2b3VzID88XC9zcGFuPjxcL2Rpdj48ZGl2Plx1MDBhMDxcL2Rpdj48ZGl2IGNsYXNzPVwiYWJvdXRcIj48cD48c3BhbiBzdHlsZT1cImNvbG9yOiAjZmY5OTAwOyBmb250LXNpemU6IDE4cHQ7XCI+PHN0cm9uZz5JbnNjcml2ZXotdm91cyBldCByZWpvaWduZXogbGVzIDc4NzIgYXV0cmVzIGFib25uXHUwMGU5czxcL3N0cm9uZz48XC9zcGFuPjxcL3A+PHA+PHNwYW4gc3R5bGU9XCJjb2xvcjogI2ZmZmZmZjtcIj48c3Ryb25nPjxzcGFuIHN0eWxlPVwiZm9udC1zaXplOiAxNHB0O1wiPk1lcmNpIGV0IGVuY29yZSBiaWVudmVudWUgYXV4IG5vdXZlYXV4IGFib25uXHUwMGU5cyBkZSBjZXR0ZSBzZW1haW5lPFwvc3Bhbj48XC9zdHJvbmc+PFwvc3Bhbj48XC9wPjxkaXY+XHUwMGEwPFwvZGl2PjxcL2Rpdj4iLCJodG1sIjoiaHRtbGRlbGltIiwibWFuZGF0b3J5IjoiMCIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIn0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjYiLCJuYW1lIjoiTm9tIiwibGFiZWwiOiJOb20iLCJwbGFjZWhvbGRlciI6IiIsInZhbHVlIjoiIiwidmFsdWVfcHJlc2V0IjoiIiwiaHRtbCI6InRleHQiLCJtYW5kYXRvcnkiOiIxIiwibWluX3NpemUiOiIiLCJtYXhfc2l6ZSI6IiIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIiwidm5fb25seV9udW1iZXIiOiIwIiwidm5fb25seV9sZXR0ZXJzIjoiMCIsInZuX3BhdHRlcm4iOiIwIiwidm5fZXF1YWwiOiIiLCJpY29uX2NsYXNzIjoiIiwiaWNvbl9zaXplIjoiIiwiaWNvbl9jb2xvciI6IiJ9LHsiYnNfY2xhc3NfaWQiOiI2IiwibmFtZSI6IlByZW5vbSIsImxhYmVsIjoiUHJcdTAwZTlub20iLCJwbGFjZWhvbGRlciI6IiIsInZhbHVlIjoiIiwidmFsdWVfcHJlc2V0IjoiIiwiaHRtbCI6InRleHQiLCJtYW5kYXRvcnkiOiIxIiwibWluX3NpemUiOiIiLCJtYXhfc2l6ZSI6IiIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIiwidm5fb25seV9udW1iZXIiOiIwIiwidm5fb25seV9sZXR0ZXJzIjoiMCIsInZuX3BhdHRlcm4iOiIwIiwidm5fZXF1YWwiOiIiLCJpY29uX2NsYXNzIjoiIiwiaWNvbl9zaXplIjoiIiwiaWNvbl9jb2xvciI6IiJ9LHsiYnNfY2xhc3NfaWQiOiIxMiIsIm5hbWUiOiJlbWFpbCIsImxhYmVsIjoiRW1haWwiLCJwbGFjZWhvbGRlciI6IiIsInZhbHVlIjoiIiwiaHRtbCI6ImVtYWlsIiwibWFuZGF0b3J5IjoiMSIsIm1pbl9zaXplIjoiIiwibWF4X3NpemUiOiIiLCJhZGRfY2xhc3NlcyI6IiIsImFkZF9zdHlsZXMiOiIiLCJhZGRfYXR0ciI6IiIsInZuX29ubHlfbnVtYmVyIjoiMCIsInZuX29ubHlfbGV0dGVycyI6IjAiLCJ2bl9wYXR0ZXJuIjoiMCJ9LHsiYnNfY2xhc3NfaWQiOiIxMiIsIm5hbWUiOiJDb25zZW50ZW1lbnQiLCJsYWJlbCI6IkNvbnNlbnRlbWVudCIsInZhbHVlIjoiIiwidmFsdWVfcHJlc2V0IjoiIiwiaHRtbCI6ImNoZWNrYm94bGlzdCIsIm1hbmRhdG9yeSI6IjEiLCJsYWJlbF9kZWxpbSI6IiIsImRpc3BsYXkiOiJyb3ciLCJhZGRfY2xhc3NlcyI6IiIsImFkZF9zdHlsZXMiOiIiLCJhZGRfYXR0ciI6IiIsImljb25fY2xhc3MiOiIiLCJpY29uX3NpemUiOiIiLCJpY29uX2NvbG9yIjoiIiwidGVybXMiOiIiLCJvcHRpb25zIjpbeyJuYW1lIjoiQ29uc2VudGVtZW50IiwibGFiZWwiOiJFbiBzb3VtZXR0YW50IGNlIGZvcm11bGFpcmUsIGonYWNjZXB0ZSBxdWUgbGVzIGluZm9ybWF0aW9ucyBzYWlzaWVzIGRhbnMgY2UgZm9ybXVsYWlyZSBzb2llbnQgdXRpbGlzXHUwMGU5ZXMgZGFucyBsZSBjYWRyZSBkZSBtYSBkZW1hbmRlIGV0IGRlIGxhIHJlbGF0aW9uIHF1aSBlbiBkXHUwMGU5Y291bGUuIFBvdXIgY29ubmFcdTAwZWV0cmUgdm9zIGRyb2l0cywgbm90YW1tZW50IGRlIHJldHJhaXQgZGUgdm90cmUgY29uc2VudGVtZW50IFx1MDBlMCBsJ3V0aWxpc2F0aW9uIGRlcyBkb25uXHUwMGU5ZXMgY29sbGVjdFx1MDBlOWVzIHBhciBjZSBmb3JtdWxhaXJlLCB2ZXVpbGxleiBjb25zdWx0ZXIgbm90cmUgcG9saXRpcXVlIGRlIGNvbmZpZGVudGlhbGl0XHUwMGU5LiJ9XX0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjEyIiwidmFsdWUiOiI8cD48YSBocmVmPVwiaHR0cHM6XC9cL3Nhdm9pcmV0cmUtc29pLmNvbVwvcG9saXRpcXVlLWRlLWNvbmZpZGVudGlhbGl0ZVwvXCI+PHNwYW4gc3R5bGU9XCJmb250LXNpemU6IDEwcHQ7XCI+TGlyZSBsYSBwb2xpdGlxdWUgZGUgY29uZmlkZW50aWFsaXRcdTAwZTk8XC9zcGFuPjxcL2E+PFwvcD4iLCJodG1sIjoiaHRtbGRlbGltIiwibWFuZGF0b3J5IjoiMCJ9LHsiYnNfY2xhc3NfaWQiOiIxMiIsIm5hbWUiOiJzZW5kIiwibGFiZWwiOiJKZSBsZSBmYWlzID4+IiwiaHRtbCI6InN1Ym1pdCIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIiwiaWNvbl9jbGFzcyI6IiIsImljb25fc2l6ZSI6IiIsImljb25fY29sb3IiOiIiLCJ0ZXJtcyI6IiJ9XSwib3B0c19hdHRycyI6eyJiZ19udW1iZXIiOiI0In19LCJpbWdfcHJldmlldyI6InRlYS10aW1lLnBuZyIsInZpZXdzIjoiOTMyMSIsInVuaXF1ZV92aWV3cyI6IjQwODgiLCJhY3Rpb25zIjoiOSIsInNvcnRfb3JkZXIiOiI1IiwiaXNfcHJvIjoiMCIsImFiX2lkIjoiMCIsImRhdGVfY3JlYXRlZCI6IjIwMTYtMDUtMDMgMTU6MDE6MDMiLCJpbWdfcHJldmlld191cmwiOiJodHRwczpcL1wvc3Vwc3lzdGljLTQyZDcua3hjZG4uY29tXC9fYXNzZXRzXC9mb3Jtc1wvaW1nXC9wcmV2aWV3XC90ZWEtdGltZS5wbmciLCJ2aWV3X2lkIjoiMTNfOTk5MzE1Iiwidmlld19odG1sX2lkIjoiY3NwRm9ybVNoZWxsXzEzXzk5OTMxNSIsImNvbm5lY3RfaGFzaCI6IjIzMzliODA0M2E4YjZiZTI5NTAyNjcyNjJkNmRiNTYwIn0=

Si vous avez un partenaire, assez rapidement laisser lui voir les cicatrices chirurgicales et les changements sur votre corps cela peut  rendre l’intimité plus facile à long terme.

Les premières fois que vous vous regarderez  vous pourriez vous sentir pas forcement à l’aise, même si le personnel soignant à certainement été prévenant avec vous.

Cependant, les premiers sentiments intenses que vous pourriez ressentir s’amoindriront au fur et à mesure que vous vous habituerez ou accepterez mieux votre apparence actuelle.

Voici quelques conseils pour vous habituer à regarder votre corps :

  • Cherchez 3 tenues que vous aimez vraiment porter et regardez vous dans un miroir. Ne focalisez pas votre regard sur votre poitrine mais regardez-vous dans votre globalité.

 

  • Une fois cette étape acceptée, vous pouvez prolonger et passez à la même étape en lingerie ou sous-vêtements.

 

  • Lorsque vous vous sentez prête, vous pouvez regarder votre corps nu dans un grand miroir.

 

Décrivez à chaque fois, ce que vous voyez, ce que vous aimez ou ce qui vous rend mal à l’aise. Prenez bien le temps de vous arrêtez sur ce que vous aimez chez vous !

Regardez et touchez vos cicatrices ou votre reconstruction mammaire afin de vous habituer à ce que vous ressentez maintenant.

Plus vous regarderez et ressentirez votre corps, moins il vous semblera différent.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up