Le regard que vous portez sur votre corps modifie votre bonheur.

Le regard que vous portez sur votre corps modifie votre bonheur.

 

Aujourd’hui, la pression pour « ÊTRE » n’a jamais été aussi grande.

Grâce à l’ère numérique, nous constatons une augmentation du nombre de personnes affichant leur apparence sur les réseaux sociaux. Vidéos d’exercices, images impressionnantes avant et après, selfies retouchés avec un filtre d’amélioration de l’image… Il est facile de voir pourquoi il y a un nombre croissant de personnes qui luttent avec leur propre image corporelle.

Pendant des années, nous avons reconnu les effets négatifs des expositions aux magazines, aux modèles et aux célébrités, bien compris les dégâts sur l’image corporelle, mais aujourd’hui, le paysage médiatique a changé. Cela affecte non seulement notre façon de vivre, mais aussi notre image corporelle et notre bonheur général.

L’image corporelle a un impact majeur sur votre bonheur.

Une étude menée par l’Université Chapman a examiné la relation entre la satisfaction corporelle des gens et la satisfaction globale de leur vie.Il en ressort que la manière dont vous percevez votre corps a un impact majeur sur votre relation au bonheur. L’auteur de l’étude et professeur adjoint de psychologie à l’Université Chapman, le Dr David Frederick explique que la satisfaction de votre apparence globale a un effet profond sur votre satisfaction de vie. »Notre étude montre que les hommes et les femmes qui ont des difficultés avec leur poids et leur apparence actionnent un frein d’influence majeur dans la façon dont ils appréhendent la vie dans son ensemble», a t-il dit dans un communiqué.

Être mince et maigre est important pour les femmes 12.176 hommes et femmes âgés de 18 à 65 ans ont participé à l’étude.Le poids et l’apparence des individus ont été mesurés en utilisant les lectures de l’IMC (Indice de Masse Corporelle) et chaque personne était tenue de répondre à une enquête sur l’image corporelle.Les questions étaient axées sur la personnalité, les caractéristiques personnelles, les croyances sur les relations amoureuses, la télévision et, bien sûr, l’estime de soi.

On a constaté que 20% des femmes et 15% des hommes étaient extrêmement insatisfaits de leur poids corporel actuel.

Chez les femmes, l’image corporelle est considérée comme le troisième indicateur de satisfaction du bonheur de la vie en général, après le bien-être financier et la relation avec leur partenaire.

Fait intéressant, l’image corporelle était le deuxième indicateur de satisfaction de la vie pour les hommes, à la suite de leur satisfaction financière.

Je ne sais pas comment leurs partenaires doivent le prendre…

Le Dr Frederick dit que «ces résultats sont cohérents avec l’accent mis sur l’importance d’être mince pour les femmes et d’apparaître athlétique et / ou maigre pour les hommes».

Les personnes ayant une image corporelle positive sont plus susceptibles d’être des types extravertis Seulement 24 % des hommes et 20% des femmes ont dit qu’ils étaient très heureux ou extrêmement satisfaits de leur poids.

Ceux qui ont une image corporelle positive ont tendance à être plus extraverti, sortant, ouvert et consciencieux.

Aimez-vous votre image ?

Quels rapports entretenez-vous avec votre image, votre corps ?

Faites le test !

eyJpZCI6IjE0IiwibGFiZWwiOiJBaW1lei12b3VzIHZvdHJlIGltYWdlIiwiYWN0aXZlIjoiMSIsIm9yaWdpbmFsX2lkIjoiNSIsInVuaXF1ZV9pZCI6ImJzbzE1aSIsInBhcmFtcyI6eyJlbmFibGVGb3JNZW1iZXJzaGlwIjoiMCIsInRwbCI6eyJ3aWR0aCI6IjEwMCIsIndpZHRoX21lYXN1cmUiOiIlIiwiYmdfdHlwZV8wIjoiY29sb3IiLCJiZ19pbWdfMCI6Imh0dHBzOlwvXC9zdXBzeXN0aWMtNDJkNy5reGNkbi5jb21cL19hc3NldHNcL2Zvcm1zXC9pbWdcL2JnXC90ZWEtdGltZS5wbmciLCJiZ19jb2xvcl8wIjoiI2Y3OWY0NyIsImJnX3R5cGVfMSI6ImNvbG9yIiwiYmdfaW1nXzEiOiIiLCJiZ19jb2xvcl8xIjoiI2Y3OWY0NyIsImJnX3R5cGVfMiI6ImNvbG9yIiwiYmdfaW1nXzIiOiIiLCJiZ19jb2xvcl8yIjoiI2Y5NjkwZSIsImJnX3R5cGVfMyI6ImNvbG9yIiwiYmdfaW1nXzMiOiIiLCJiZ19jb2xvcl8zIjoiI2RkMzMzMyIsImZpZWxkX2Vycm9yX2ludmFsaWQiOiIiLCJmb3JtX3NlbnRfbXNnIjoiQm9uIHRlc3QgXHUwMGUwIHZvdXMgISIsImZvcm1fc2VudF9tc2dfY29sb3IiOiIjZjZhMDRiIiwiaGlkZV9vbl9zdWJtaXQiOiIxIiwicmVkaXJlY3Rfb25fc3VibWl0IjoiIiwidGVzdF9lbWFpbCI6ImluZm9Ac2F2b2lyZXRyZS1zb2kuY29tIiwic2F2ZV9jb250YWN0cyI6IjEiLCJleHBfZGVsaW0iOiI7IiwiZmJfY29udmVydF9iYXNlIjoiIiwicHViX3Bvc3RfdHlwZSI6InBvc3QiLCJwdWJfcG9zdF9zdGF0dXMiOiJwdWJsaXNoIiwicmVnX3dwX2NyZWF0ZV91c2VyX3JvbGUiOiJzdWJzY3JpYmVyIiwiZmllbGRfd3JhcHBlciI6IjxkaXYgW2ZpZWxkX3NoZWxsX2NsYXNzZXNdIFtmaWVsZF9zaGVsbF9zdHlsZXNdPlxyXG4gICAgPGxhYmVsIGZvcj1cIltmaWVsZF9pZF1cIj5bbGFiZWxdPFwvbGFiZWw+W2ZpZWxkXVxyXG48XC9kaXY+In0sImZpZWxkcyI6W3siYnNfY2xhc3NfaWQiOiIxMiIsIm5hbWUiOiIiLCJsYWJlbCI6IiIsInBsYWNlaG9sZGVyIjoiIiwidmFsdWUiOiI8aDEgY2xhc3M9XCJ0aXRsZSBlZGl0YWJsZVwiIGRhdGEtZWRpdGZpZWxkPVwibmV3c2xldHRlcl9uYW1lXCI+PHNwYW4gc3R5bGU9XCJjb2xvcjogI2ZmZmZmZjtcIj5BaW1lei12b3VzIHZvdHJlIGltYWdlID88XC9zcGFuPjxcL2gxPjxoMyBpZD1cImNvbXBhbnktbmFtZVwiPjxzcGFuIHN0eWxlPVwiZm9udC1zaXplOiAxOHB0OyBjb2xvcjogI2ZmZmZmZjtcIj5RdWVscyByYXBwb3J0cyBlbnRyZXRlbmV6LXZvdXMgYXZlYyB2b3RyZSBpbWFnZSwgdm90cmUgY29ycHMgPzxcL3NwYW4+PFwvaDM+PGgzPjxzcGFuIHN0eWxlPVwiZm9udC1zaXplOiAxOHB0OyBjb2xvcjogI2ZmZmZmZjtcIj5GYWl0ZXMgbGUgdGVzdCAhPFwvc3Bhbj48XC9oMz4iLCJodG1sIjoiaHRtbGRlbGltIiwibWFuZGF0b3J5IjoiMCIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIn0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjEyIiwibmFtZSI6IlByZW5vbSIsImxhYmVsIjoiVm90cmUgcHJcdTAwZTlub20iLCJwbGFjZWhvbGRlciI6IiIsInZhbHVlIjoiIiwidmFsdWVfcHJlc2V0IjoiIiwiaHRtbCI6InRleHQiLCJtYW5kYXRvcnkiOiIxIiwibWluX3NpemUiOiIiLCJtYXhfc2l6ZSI6IiIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIiwidm5fb25seV9udW1iZXIiOiIwIiwidm5fb25seV9sZXR0ZXJzIjoiMCIsInZuX3BhdHRlcm4iOiIwIiwidm5fZXF1YWwiOiIiLCJpY29uX2NsYXNzIjoiIiwiaWNvbl9zaXplIjoiIiwiaWNvbl9jb2xvciI6IiIsInRlcm1zIjoiIn0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjEyIiwibmFtZSI6ImVtYWlsIiwibGFiZWwiOiJFbWFpbCIsInBsYWNlaG9sZGVyIjoiIiwidmFsdWUiOiIiLCJodG1sIjoiZW1haWwiLCJtYW5kYXRvcnkiOiIxIiwibWluX3NpemUiOiIiLCJtYXhfc2l6ZSI6IiIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIiwidm5fb25seV9udW1iZXIiOiIwIiwidm5fb25seV9sZXR0ZXJzIjoiMCIsInZuX3BhdHRlcm4iOiIwIn0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjEyIiwibmFtZSI6IkNvbnNlbnRlbWVudCIsImxhYmVsIjoiQ29uc2VudGVtZW50IiwidmFsdWUiOiIiLCJ2YWx1ZV9wcmVzZXQiOiIiLCJodG1sIjoiY2hlY2tib3hsaXN0IiwibWFuZGF0b3J5IjoiMSIsImxhYmVsX2RlbGltIjoiIiwiZGlzcGxheSI6InJvdyIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIiwiaWNvbl9jbGFzcyI6IiIsImljb25fc2l6ZSI6IiIsImljb25fY29sb3IiOiIiLCJ0ZXJtcyI6IiIsIm9wdGlvbnMiOlt7Im5hbWUiOiJDb25zZW50ZW1lbnQiLCJsYWJlbCI6IkVuIHNvdW1ldHRhbnQgY2UgZm9ybXVsYWlyZSwgaidhY2NlcHRlIHF1ZSBsZXMgaW5mb3JtYXRpb25zIHNhaXNpZXMgZGFucyBjZSBmb3JtdWxhaXJlIHNvaWVudCB1dGlsaXNcdTAwZTllcyBkYW5zIGxlIGNhZHJlIGRlIG1hIGRlbWFuZGUgZXQgZGUgbGEgcmVsYXRpb24gcXVpIGVuIGRcdTAwZTljb3VsZS4gUG91ciBjb25uYVx1MDBlZXRyZSB2b3MgZHJvaXRzLCBub3RhbW1lbnQgZGUgcmV0cmFpdCBkZSB2b3RyZSBjb25zZW50ZW1lbnQgXHUwMGUwIGwndXRpbGlzYXRpb24gZGVzIGRvbm5cdTAwZTllcyBjb2xsZWN0XHUwMGU5ZXMgcGFyIGNlIGZvcm11bGFpcmUsIHZldWlsbGV6IGNvbnN1bHRlciBub3RyZSBwb2xpdGlxdWUgZGUgY29uZmlkZW50aWFsaXRcdTAwZTkuIn1dfSx7ImJzX2NsYXNzX2lkIjoiMTIiLCJ2YWx1ZSI6IjxwPjxhIGhyZWY9XCJodHRwczpcL1wvc2F2b2lyZXRyZS1zb2kuY29tXC9wb2xpdGlxdWUtZGUtY29uZmlkZW50aWFsaXRlXC9cIj48c3BhbiBzdHlsZT1cImZvbnQtc2l6ZTogMTBwdDtcIj5MaXJlIGxhIHBvbGl0aXF1ZSBkZSBjb25maWRlbnRpYWxpdFx1MDBlOTxcL3NwYW4+PFwvYT48XC9wPiIsImh0bWwiOiJodG1sZGVsaW0iLCJtYW5kYXRvcnkiOiIwIn0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjEyIiwibmFtZSI6InNlbmQiLCJsYWJlbCI6IkplIGxlIGZhaXMgPj4iLCJodG1sIjoic3VibWl0IiwiYWRkX2NsYXNzZXMiOiIiLCJhZGRfc3R5bGVzIjoiIiwiYWRkX2F0dHIiOiIiLCJpY29uX2NsYXNzIjoiIiwiaWNvbl9zaXplIjoiIiwiaWNvbl9jb2xvciI6IiIsInRlcm1zIjoiIn1dLCJvcHRzX2F0dHJzIjp7ImJnX251bWJlciI6IjQifX0sImltZ19wcmV2aWV3IjoidGVhLXRpbWUucG5nIiwidmlld3MiOiIzNzgxIiwidW5pcXVlX3ZpZXdzIjoiMTc2OSIsImFjdGlvbnMiOiIzMiIsInNvcnRfb3JkZXIiOiI1IiwiaXNfcHJvIjoiMCIsImFiX2lkIjoiMCIsImRhdGVfY3JlYXRlZCI6IjIwMTYtMDUtMDMgMTU6MDE6MDMiLCJpbWdfcHJldmlld191cmwiOiJodHRwczpcL1wvc3Vwc3lzdGljLTQyZDcua3hjZG4uY29tXC9fYXNzZXRzXC9mb3Jtc1wvaW1nXC9wcmV2aWV3XC90ZWEtdGltZS5wbmciLCJ2aWV3X2lkIjoiMTRfNDk4NjQwIiwidmlld19odG1sX2lkIjoiY3NwRm9ybVNoZWxsXzE0XzQ5ODY0MCIsImNvbm5lY3RfaGFzaCI6IjY2ZTFkNTJhOTcyM2UzMDQwY2ZkNzE0NmUwNmRmZjU2In0=

 

Être mécontent de son corps, en particulier de son poids, contribue négativement à l’épanouissement sexuel de la personne et de l’estime de soi.Les femmes de l’étude qui étaient mécontentes de leur apparence physique, de leur poids, étaient plus susceptibles d’éprouver de l’anxiété sur leurs relations.

En effet, elles ont une peur croissante que leurs partenaires mettent fin à la relation. Le mécontentement corporel et les styles d’attachement anxieux peuvent conduire à une spirale hors de contrôle et de carburant entre eux. Les gens qui sont moins confiants dans leur apparence deviennent plus craintifs.

Ce qui a pour effet d’alimenter leurs inquiétudes sur leur apparence. Améliorer votre image corporelle négative pour augmenter votre bonheur Aujourd’hui, beaucoup d’enfants de 8 ans ont des problèmes d’image corporelle ! Pour information :Selon le Canadian Obesity Network, un enfant :

  • remarque son image dans le miroir dès 2 ans;

  • commence à se préoccuper de son image corporelle dès l’âge de 3 ans;

  • de 0 à 7 ans construit son image à travers le regard de ses parents;

  • de 8 à 12 ans façonne son image à travers le regard des autres.

Si ces problèmes ne sont pas résolus au moment où ils deviennent adultes, ces questions, interrogations, doutes, prennent une part importante dans la construction de leur identité, et cela est plus complexe à modifier. Cela peut prendre du temps, mais ce n’est surtout pas impossible.

L’amélioration de votre vision corporelle viendra avec une prise en considération de vos qualités, de vos « différences », d’un changement de regard sur vous-même. Il sera important de vous prendre en considération, d’accepter ce que vous pouvez changer et ce que vous ne pouvez pas modifier en vous.

Mais aussi il faudra savoir vous féliciter de vos réussites. Cela aura pour effet d’engendrer une relation plus saine avec vous-même et par ricochet avec les autres, donc une augmentation de votre bonheur.

Voici quelques petits conseils pour améliorer votre image corporelle:

Trouver une distraction.

Lorsque vous vous trouvez dans un état d’esprit négatif et critiquez votre image corporelle, vous devez trouver une distraction. Consciemment portez vos pensées sur autre chose que votre apparence ou votre poids.Si ce n’est pas facile de modifier votre état d’esprit, trouver une distraction physique, comme l’exercice, le jardinage, ou aller faire une promenade. Établir l’acceptation plutôt que de vous concentrer sur ce que votre corps fait ou ne vous plait pas, commencez à vous concentrer sur ce que votre corps peut faire.

J’entends souvent en consultation « Mon ventre n’est pas aussi tonique que je le souhaiterai… » mais n’oubliez pas qu’il a peut être aussi porté votre/vos enfant(s).

Au lieu d’être tellement fixé sur ce qui ne va pas avec votre corps, commencez à fixer des objectifs sains pour vous-même.

Nous sous-estimez pas les capacités de votre corps, il est incroyable à bien des égards.

En effet, nous devons cesser d’exercer une pression continue sur nous-même pour changer notre corps afin qu’il ressemble plus à une hypothétique norme physique.

L’acceptation corporelle est un passage important pour prendre conscience que le bonheur, c’est apprécier ce que l’on a.

 

Can not find Form in database

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up