Êtes-vous tolérant(e) avec votre corps/image ?

Êtes-vous tolérant(e) avec votre corps/image ?

Les relations que nous avons avec notre propre corps sont souvent complexes. Elle dépendent d’une multitude de facteurs (corporel, psychique, environnemental, familial, culturel,…).
L’important dans la relation que nous entretenons avec notre corps est de regarder de quelle manière nous le voyons mais aussi et surtout d’apprendre à le considérer et en prendre soin.
Je concède que même si au premier abord, on peut lui trouver des «disgrâces», qu’il peut être considérer comme un ennemi, un fardeau,…il n’en reste pas moins que c’est le seul endroit où l’on va demeurer toute notre vie.
Puisque notre corps va nous accompagner un long bout de chemin, peut être serait il important d’établir une communication harmonieuse et de mettre en place une relation «souriante» avec lui.
Par contre, nous savons tous que pour qu’une relation soit agréable, elle se doit d’être équilibrée.
Quand une relation n’est pas un apport réciproque, elle s’en trouve déséquilibrée et n’entraîne que mauvaises attentes et aigreurs latentes. Il va donc falloir instaurer une relation partagée, appréciée mutuellement et que cette dernière ne soit pas ressentie comme une obligation ni subit.
Si on essaie d’être objectif, mais si voyons cela est tout à fait possible !
Oubliez la notion de sévérité envers vous-même, oui celle-là même qui revient en premier quand vous essayez de parler de votre corps devant votre glace (enfin celle que vous n’avez pas cassée où cachée…,)
Sévère je disais donc, car souvent vous l’êtes, n’est ce pas ?

D’ailleurs, oseriez vous parler ainsi de manière si peu conciliante à votre meilleur(e) ami(e) ?

Avez-vous déjà pris le de temps de vous observer ?
Je fais bien la distinction entre vous regarder et vous observer. Se regarder, est souvent un regard passant, furtif sur sur soi, sans prendre le temps de bien se concentrer sur soi.
Donc, et si vous commenciez simplement par vous observer sans vous juger.
Notez vos mouvements, laissez venir à vous vos émotions, vos ressentis positifs où non, vos pensées sans en tirer de conclusions immédiates et définitives.

N’oubliez pas que le fait de croire un jugement comme juste ne suffit pas à le rendre vrai.

Faut il pour qu’il soit certain, être vérifié objectivement. Alors qu’observez-vous ?

Aimez-vous votre image ?

Quels rapports entretenez-vous avec votre image, votre corps ?

Faites le test !

eyJpZCI6IjE0IiwibGFiZWwiOiJBaW1lei12b3VzIHZvdHJlIGltYWdlIiwiYWN0aXZlIjoiMSIsIm9yaWdpbmFsX2lkIjoiNSIsInVuaXF1ZV9pZCI6ImJzbzE1aSIsInBhcmFtcyI6eyJlbmFibGVGb3JNZW1iZXJzaGlwIjoiMCIsInRwbCI6eyJ3aWR0aCI6IjEwMCIsIndpZHRoX21lYXN1cmUiOiIlIiwiYmdfdHlwZV8wIjoiY29sb3IiLCJiZ19pbWdfMCI6Imh0dHBzOlwvXC9zdXBzeXN0aWMtNDJkNy5reGNkbi5jb21cL19hc3NldHNcL2Zvcm1zXC9pbWdcL2JnXC90ZWEtdGltZS5wbmciLCJiZ19jb2xvcl8wIjoiI2Y3OWY0NyIsImJnX3R5cGVfMSI6ImNvbG9yIiwiYmdfaW1nXzEiOiIiLCJiZ19jb2xvcl8xIjoiI2Y3OWY0NyIsImJnX3R5cGVfMiI6ImNvbG9yIiwiYmdfaW1nXzIiOiIiLCJiZ19jb2xvcl8yIjoiI2Y5NjkwZSIsImJnX3R5cGVfMyI6ImNvbG9yIiwiYmdfaW1nXzMiOiIiLCJiZ19jb2xvcl8zIjoiI2RkMzMzMyIsImZpZWxkX2Vycm9yX2ludmFsaWQiOiIiLCJmb3JtX3NlbnRfbXNnIjoiQm9uIHRlc3QgXHUwMGUwIHZvdXMgISIsImZvcm1fc2VudF9tc2dfY29sb3IiOiIjZjZhMDRiIiwiaGlkZV9vbl9zdWJtaXQiOiIxIiwicmVkaXJlY3Rfb25fc3VibWl0IjoiIiwidGVzdF9lbWFpbCI6ImluZm9Ac2F2b2lyZXRyZS1zb2kuY29tIiwic2F2ZV9jb250YWN0cyI6IjEiLCJleHBfZGVsaW0iOiI7IiwiZmJfY29udmVydF9iYXNlIjoiIiwicHViX3Bvc3RfdHlwZSI6InBvc3QiLCJwdWJfcG9zdF9zdGF0dXMiOiJwdWJsaXNoIiwicmVnX3dwX2NyZWF0ZV91c2VyX3JvbGUiOiJzdWJzY3JpYmVyIiwiZmllbGRfd3JhcHBlciI6IjxkaXYgW2ZpZWxkX3NoZWxsX2NsYXNzZXNdIFtmaWVsZF9zaGVsbF9zdHlsZXNdPlxyXG4gICAgPGxhYmVsIGZvcj1cIltmaWVsZF9pZF1cIj5bbGFiZWxdPFwvbGFiZWw+W2ZpZWxkXVxyXG48XC9kaXY+In0sImZpZWxkcyI6W3siYnNfY2xhc3NfaWQiOiIxMiIsIm5hbWUiOiIiLCJsYWJlbCI6IiIsInBsYWNlaG9sZGVyIjoiIiwidmFsdWUiOiI8aDEgY2xhc3M9XCJ0aXRsZSBlZGl0YWJsZVwiIGRhdGEtZWRpdGZpZWxkPVwibmV3c2xldHRlcl9uYW1lXCI+PHNwYW4gc3R5bGU9XCJjb2xvcjogI2ZmZmZmZjtcIj5BaW1lei12b3VzIHZvdHJlIGltYWdlID88XC9zcGFuPjxcL2gxPjxoMyBpZD1cImNvbXBhbnktbmFtZVwiPjxzcGFuIHN0eWxlPVwiZm9udC1zaXplOiAxOHB0OyBjb2xvcjogI2ZmZmZmZjtcIj5RdWVscyByYXBwb3J0cyBlbnRyZXRlbmV6LXZvdXMgYXZlYyB2b3RyZSBpbWFnZSwgdm90cmUgY29ycHMgPzxcL3NwYW4+PFwvaDM+PGgzPjxzcGFuIHN0eWxlPVwiZm9udC1zaXplOiAxOHB0OyBjb2xvcjogI2ZmZmZmZjtcIj5GYWl0ZXMgbGUgdGVzdCAhPFwvc3Bhbj48XC9oMz4iLCJodG1sIjoiaHRtbGRlbGltIiwibWFuZGF0b3J5IjoiMCIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIn0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjEyIiwibmFtZSI6IlByZW5vbSIsImxhYmVsIjoiVm90cmUgcHJcdTAwZTlub20iLCJwbGFjZWhvbGRlciI6IiIsInZhbHVlIjoiIiwidmFsdWVfcHJlc2V0IjoiIiwiaHRtbCI6InRleHQiLCJtYW5kYXRvcnkiOiIxIiwibWluX3NpemUiOiIiLCJtYXhfc2l6ZSI6IiIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIiwidm5fb25seV9udW1iZXIiOiIwIiwidm5fb25seV9sZXR0ZXJzIjoiMCIsInZuX3BhdHRlcm4iOiIwIiwidm5fZXF1YWwiOiIiLCJpY29uX2NsYXNzIjoiIiwiaWNvbl9zaXplIjoiIiwiaWNvbl9jb2xvciI6IiIsInRlcm1zIjoiIn0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjEyIiwibmFtZSI6ImVtYWlsIiwibGFiZWwiOiJFbWFpbCIsInBsYWNlaG9sZGVyIjoiIiwidmFsdWUiOiIiLCJodG1sIjoiZW1haWwiLCJtYW5kYXRvcnkiOiIxIiwibWluX3NpemUiOiIiLCJtYXhfc2l6ZSI6IiIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIiwidm5fb25seV9udW1iZXIiOiIwIiwidm5fb25seV9sZXR0ZXJzIjoiMCIsInZuX3BhdHRlcm4iOiIwIn0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjEyIiwibmFtZSI6IkNvbnNlbnRlbWVudCIsImxhYmVsIjoiQ29uc2VudGVtZW50IiwidmFsdWUiOiIiLCJ2YWx1ZV9wcmVzZXQiOiIiLCJodG1sIjoiY2hlY2tib3hsaXN0IiwibWFuZGF0b3J5IjoiMSIsImxhYmVsX2RlbGltIjoiIiwiZGlzcGxheSI6InJvdyIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIiwiaWNvbl9jbGFzcyI6IiIsImljb25fc2l6ZSI6IiIsImljb25fY29sb3IiOiIiLCJ0ZXJtcyI6IiIsIm9wdGlvbnMiOlt7Im5hbWUiOiJDb25zZW50ZW1lbnQiLCJsYWJlbCI6IkVuIHNvdW1ldHRhbnQgY2UgZm9ybXVsYWlyZSwgaidhY2NlcHRlIHF1ZSBsZXMgaW5mb3JtYXRpb25zIHNhaXNpZXMgZGFucyBjZSBmb3JtdWxhaXJlIHNvaWVudCB1dGlsaXNcdTAwZTllcyBkYW5zIGxlIGNhZHJlIGRlIG1hIGRlbWFuZGUgZXQgZGUgbGEgcmVsYXRpb24gcXVpIGVuIGRcdTAwZTljb3VsZS4gUG91ciBjb25uYVx1MDBlZXRyZSB2b3MgZHJvaXRzLCBub3RhbW1lbnQgZGUgcmV0cmFpdCBkZSB2b3RyZSBjb25zZW50ZW1lbnQgXHUwMGUwIGwndXRpbGlzYXRpb24gZGVzIGRvbm5cdTAwZTllcyBjb2xsZWN0XHUwMGU5ZXMgcGFyIGNlIGZvcm11bGFpcmUsIHZldWlsbGV6IGNvbnN1bHRlciBub3RyZSBwb2xpdGlxdWUgZGUgY29uZmlkZW50aWFsaXRcdTAwZTkuIn1dfSx7ImJzX2NsYXNzX2lkIjoiMTIiLCJ2YWx1ZSI6IjxwPjxhIGhyZWY9XCJodHRwczpcL1wvc2F2b2lyZXRyZS1zb2kuY29tXC9wb2xpdGlxdWUtZGUtY29uZmlkZW50aWFsaXRlXC9cIj48c3BhbiBzdHlsZT1cImZvbnQtc2l6ZTogMTBwdDtcIj5MaXJlIGxhIHBvbGl0aXF1ZSBkZSBjb25maWRlbnRpYWxpdFx1MDBlOTxcL3NwYW4+PFwvYT48XC9wPiIsImh0bWwiOiJodG1sZGVsaW0iLCJtYW5kYXRvcnkiOiIwIn0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjEyIiwibmFtZSI6InNlbmQiLCJsYWJlbCI6IkplIGxlIGZhaXMgPj4iLCJodG1sIjoic3VibWl0IiwiYWRkX2NsYXNzZXMiOiIiLCJhZGRfc3R5bGVzIjoiIiwiYWRkX2F0dHIiOiIiLCJpY29uX2NsYXNzIjoiIiwiaWNvbl9zaXplIjoiIiwiaWNvbl9jb2xvciI6IiIsInRlcm1zIjoiIn1dLCJvcHRzX2F0dHJzIjp7ImJnX251bWJlciI6IjQifX0sImltZ19wcmV2aWV3IjoidGVhLXRpbWUucG5nIiwidmlld3MiOiIzNzgxIiwidW5pcXVlX3ZpZXdzIjoiMTc2OSIsImFjdGlvbnMiOiIzMiIsInNvcnRfb3JkZXIiOiI1IiwiaXNfcHJvIjoiMCIsImFiX2lkIjoiMCIsImRhdGVfY3JlYXRlZCI6IjIwMTYtMDUtMDMgMTU6MDE6MDMiLCJpbWdfcHJldmlld191cmwiOiJodHRwczpcL1wvc3Vwc3lzdGljLTQyZDcua3hjZG4uY29tXC9fYXNzZXRzXC9mb3Jtc1wvaW1nXC9wcmV2aWV3XC90ZWEtdGltZS5wbmciLCJ2aWV3X2lkIjoiMTRfNjk5NzE0Iiwidmlld19odG1sX2lkIjoiY3NwRm9ybVNoZWxsXzE0XzY5OTcxNCIsImNvbm5lY3RfaGFzaCI6IjY2ZTFkNTJhOTcyM2UzMDQwY2ZkNzE0NmUwNmRmZjU2In0=
Maintenant demandez à un(e) ami(e), un(e) collègue, un(e) proche,,…de réaliser cet exercice avec la perception qu’il(elle) a de vous !
Vous allez me dire que c’est un(e) amie, qu’il (elle) ne peut être objectif(ve) ! Mais alors pourquoi, VOUS, vous seriez objectif(ve) et pas votre amie(e) ?
L’écart est assez surprenant non ? et assurément en votre faveur ! (sauf si vous avez demandé à votre ex mari, ex-conjoint, pire ennemi(e)… avec qui vous êtes fâché, de réaliser cet exercice en commun…
En fait, ce n’est pas l’apparence physique qui est importante mais l’idée que vous vous faites de votre apparence physique au travers de l’image que nous renvoient les autres, où en tout cas celle que vous pensez percevoir.
Ainsi la vérité objective que pensez déceler dans le regard de l’autre sur votre votre propre perception est importante. Ne peut souffrir d’aucunes contestations et peut vous servir de base de référence, quand bien-même une personne oserait vous dire qu’elle n’est pas juste..
Mais laissez moi vous écrire comme l’indiquait l’auteur polonais Wiltod Gombrowicz
« L’homme dépend de l’image de lui-même qui se forme dans l’âme d’autrui,…» Mais sans oublier de rajouter «…même si c’est l’âme d’un crétin.»…
 

Les personnes qui peuvent vous dévaloriser, être peu agréables,… sont elles toujours juste ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up