Les complexes chez les hommes

Les complexes chez les hommes

Je ne suis pas assez beau. Je ne suis pas assez musclé…

Les préoccupations liées à l’image corporelle existent aussi chez les hommes. Elles sont d’autant plus importantes que les hommes semblent peu enclins à en parler et peuvent mener à différents troubles.  En effet , on croit à tort que les hommes n’ont pas de complexes physiques. Or, eux aussi peuvent vivre ces angoisses que l’on pense uniquement féminines.

Le complexe d’Adonis

Quand on parle d’Adonis, l’image qui nous vient est celle d’un jeune homme au corps parfaitement proportionné, d’une telle beauté qu’aucun ne peut y résister, pas même Aphrodite, déesse des déesses. C’est de cette représentation de l’idéal corporel masculin que vient l’appellation « complexe d’Adonis »

Ce complexe se rapporte autant à des tracas mineurs qu’à de véritables troubles, marqués par des obsessions dévastatrices et dangereuses pour la personne aux prises avec celles-ci.  Le terme « complexe d’Adonis » n’est toutefois pas un terme médical officiel, et il est parfois utilisé uniquement en référence à la dysmorphie musculaire, qui est un trouble caractérisé par une obsession à pratiquer des activités sportives pour atteindre un corps à la fois mince et musclé.

 

Des statistiques éloquentes

Plusieurs recherches ont relevé  que les hommes seraient nombreux à être autant insatisfaits ou presque autant insatisfaits que les femmes à l’égard de leur apparence. Alors que dans les années 50 et 60, les hommes ne se préoccupaient pas ou très peu de leur image corporelle, la situation s’est renversée au cours des décennies qui ont suivi.

Différentes recherchent montrent une certaine insatisfaction corporelle chez les hommes.
(Source : Cash The body image book)
Le degré d’insatisfaction en % chez les hommes
Abdomen 63 %
Hanches/cuisses/Fesses 29%

Poids 52%

Musculature 45%
Taille du corps 16%
Apparence générale 43%
En comparaison, le degré d’insatisfaction chez les femmes sur l’apparence générale est de 56%

Ce qui est plus qu’important quand on sait que la perception de notre propre image a un impact réel sur notre bonheur.

 

On ne vous a jamais appris à aimer la belle personne que vous êtes ?

Faites le test et apprenez avec nous !

eyJpZCI6IjIyIiwibGFiZWwiOiJPbiBuZSB2b3VzIGEgamFtYWlzIGFwcHJpcyIsImFjdGl2ZSI6IjEiLCJvcmlnaW5hbF9pZCI6IjUiLCJ1bmlxdWVfaWQiOiJic28xNWkiLCJwYXJhbXMiOnsiZW5hYmxlRm9yTWVtYmVyc2hpcCI6IjAiLCJ0cGwiOnsid2lkdGgiOiIxMDAiLCJ3aWR0aF9tZWFzdXJlIjoiJSIsImJnX3R5cGVfMCI6ImNvbG9yIiwiYmdfaW1nXzAiOiJodHRwczpcL1wvc3Vwc3lzdGljLTQyZDcua3hjZG4uY29tXC9fYXNzZXRzXC9mb3Jtc1wvaW1nXC9iZ1wvdGVhLXRpbWUucG5nIiwiYmdfY29sb3JfMCI6IiNmZmZhZjEiLCJiZ190eXBlXzEiOiJjb2xvciIsImJnX2ltZ18xIjoiIiwiYmdfY29sb3JfMSI6IiNmNzlmNDYiLCJiZ190eXBlXzIiOiJjb2xvciIsImJnX2ltZ18yIjoiIiwiYmdfY29sb3JfMiI6IiNmNzlmNDYiLCJiZ190eXBlXzMiOiJjb2xvciIsImJnX2ltZ18zIjoiIiwiYmdfY29sb3JfMyI6IiNmZmZhZjEiLCJmaWVsZF9lcnJvcl9pbnZhbGlkIjoiIiwiZm9ybV9zZW50X21zZyI6IkJvbiB0ZXN0IFx1MDBlMCB2b3VzICEiLCJmb3JtX3NlbnRfbXNnX2NvbG9yIjoiIzRhZThlYSIsImhpZGVfb25fc3VibWl0IjoiMSIsInJlZGlyZWN0X29uX3N1Ym1pdCI6Imh0dHBzOlwvXC9zYXZvaXJldHJlLXNvaS5jb21cL3Rlc3QtYWltZXotdm91cy12b3RyZS1pbWFnZVwvIiwidGVzdF9lbWFpbCI6ImluZm9Ac2F2b2lyZXRyZS1zb2kuY29tIiwic2F2ZV9jb250YWN0cyI6IjEiLCJleHBfZGVsaW0iOiI7IiwiZmJfY29udmVydF9iYXNlIjoiIiwicHViX3Bvc3RfdHlwZSI6InBvc3QiLCJwdWJfcG9zdF9zdGF0dXMiOiJwdWJsaXNoIiwicmVnX3dwX2NyZWF0ZV91c2VyX3JvbGUiOiJzdWJzY3JpYmVyIiwiZmllbGRfd3JhcHBlciI6IjxkaXYgW2ZpZWxkX3NoZWxsX2NsYXNzZXNdIFtmaWVsZF9zaGVsbF9zdHlsZXNdPlxyXG4gICAgPGxhYmVsIGZvcj1cIltmaWVsZF9pZF1cIj5bbGFiZWxdPFwvbGFiZWw+W2ZpZWxkXVxyXG48XC9kaXY+In0sImZpZWxkcyI6W3siYnNfY2xhc3NfaWQiOiIxMiIsIm5hbWUiOiIiLCJsYWJlbCI6IiIsInBsYWNlaG9sZGVyIjoiIiwidmFsdWUiOiI8aDMgY2xhc3M9XCJoZWFkX2Zvcm1cIj48c3BhbiBzdHlsZT1cImZvbnQtc2l6ZTogMjRwdDsgY29sb3I6ICNmZmZmZmY7XCI+T24gbmUgdm91cyBhIGphbWFpcyBhcHByaXMgXHUwMGUwIGFpbWVyIGxhIGJlbGxlIHBlcnNvbm5lIHF1ZSB2b3VzIFx1MDBlYXRlcyA/PFwvc3Bhbj48XC9oMz48cCBjbGFzcz1cImRlc2NyaXB0aW9uXCI+PHNwYW4gc3R5bGU9XCJjb2xvcjogI2ZmZmZmZjsgZm9udC1zaXplOiAxOHB0O1wiPkZhaXRlcyBsZSB0ZXN0IGV0IGFwcHJlbmV6IGF2ZWMgbm91cyAhPFwvc3Bhbj48XC9wPiIsImh0bWwiOiJodG1sZGVsaW0iLCJtYW5kYXRvcnkiOiIwIiwiYWRkX2NsYXNzZXMiOiIiLCJhZGRfc3R5bGVzIjoiIiwiYWRkX2F0dHIiOiIifSx7ImJzX2NsYXNzX2lkIjoiMTIiLCJuYW1lIjoiZmlyc3RfbmFtZSIsImxhYmVsIjoiVm90cmUgcHJcdTAwZTlub20iLCJwbGFjZWhvbGRlciI6IiIsInZhbHVlIjoiIiwidmFsdWVfcHJlc2V0IjoiIiwiaHRtbCI6InRleHQiLCJtYW5kYXRvcnkiOiIxIiwibWluX3NpemUiOiIiLCJtYXhfc2l6ZSI6IiIsImFkZF9jbGFzc2VzIjoiIiwiYWRkX3N0eWxlcyI6IiIsImFkZF9hdHRyIjoiIiwidm5fb25seV9udW1iZXIiOiIwIiwidm5fb25seV9sZXR0ZXJzIjoiMCIsInZuX3BhdHRlcm4iOiIwIiwidm5fZXF1YWwiOiIiLCJpY29uX2NsYXNzIjoiIiwiaWNvbl9zaXplIjoiIiwiaWNvbl9jb2xvciI6IiIsInRlcm1zIjoiIn0seyJic19jbGFzc19pZCI6IjEyIiwibmFtZSI6ImVtYWlsIiwibGFiZWwiOiJWb3RyZSBhZHJlc3NlIEVtYWlsIiwicGxhY2Vob2xkZXIiOiIiLCJ2YWx1ZSI6IiIsInZhbHVlX3ByZXNldCI6IiIsImh0bWwiOiJlbWFpbCIsIm1hbmRhdG9yeSI6IjEiLCJtaW5fc2l6ZSI6IiIsIm1heF9zaXplIjoiIiwiYWRkX2NsYXNzZXMiOiIiLCJhZGRfc3R5bGVzIjoiIiwiYWRkX2F0dHIiOiIiLCJ2bl9vbmx5X251bWJlciI6IjAiLCJ2bl9vbmx5X2xldHRlcnMiOiIwIiwidm5fcGF0dGVybiI6IjAiLCJ2bl9lcXVhbCI6IiIsImljb25fY2xhc3MiOiIiLCJpY29uX3NpemUiOiIiLCJpY29uX2NvbG9yIjoiIiwidGVybXMiOiIifSx7ImJzX2NsYXNzX2lkIjoiMTIiLCJuYW1lIjoiQ29uc2VudGVtZW50IiwibGFiZWwiOiJDb25zZW50ZW1lbnQiLCJ2YWx1ZSI6IiIsInZhbHVlX3ByZXNldCI6IiIsImh0bWwiOiJjaGVja2JveGxpc3QiLCJtYW5kYXRvcnkiOiIxIiwibGFiZWxfZGVsaW0iOiIiLCJkaXNwbGF5Ijoicm93IiwiYWRkX2NsYXNzZXMiOiIiLCJhZGRfc3R5bGVzIjoiIiwiYWRkX2F0dHIiOiIiLCJpY29uX2NsYXNzIjoiIiwiaWNvbl9zaXplIjoiIiwiaWNvbl9jb2xvciI6IiIsInRlcm1zIjoiIiwib3B0aW9ucyI6W3sibmFtZSI6IkNvbnNlbnRlbWVudCIsImxhYmVsIjoiRW4gc291bWV0dGFudCBjZSBmb3JtdWxhaXJlLCBqJ2FjY2VwdGUgcXVlIGxlcyBpbmZvcm1hdGlvbnMgc2Fpc2llcyBkYW5zIGNlIGZvcm11bGFpcmUgc29pZW50IHV0aWxpc1x1MDBlOWVzIGRhbnMgbGUgY2FkcmUgZGUgbWEgZGVtYW5kZSBldCBkZSBsYSByZWxhdGlvbiBxdWkgZW4gZFx1MDBlOWNvdWxlLiBQb3VyIGNvbm5hXHUwMGVldHJlIHZvcyBkcm9pdHMsIG5vdGFtbWVudCBkZSByZXRyYWl0IGRlIHZvdHJlIGNvbnNlbnRlbWVudCBcdTAwZTAgbCd1dGlsaXNhdGlvbiBkZXMgZG9ublx1MDBlOWVzIGNvbGxlY3RcdTAwZTllcyBwYXIgY2UgZm9ybXVsYWlyZSwgdmV1aWxsZXogY29uc3VsdGVyIG5vdHJlIHBvbGl0aXF1ZSBkZSBjb25maWRlbnRpYWxpdFx1MDBlOS4ifV19LHsiYnNfY2xhc3NfaWQiOiIxMiIsInZhbHVlIjoiPHA+PGEgaHJlZj1cImh0dHBzOlwvXC9zYXZvaXJldHJlLXNvaS5jb21cL3BvbGl0aXF1ZS1kZS1jb25maWRlbnRpYWxpdGVcL1wiPjxzcGFuIHN0eWxlPVwiZm9udC1zaXplOiAxMHB0O1wiPkxpcmUgbGEgcG9saXRpcXVlIGRlIGNvbmZpZGVudGlhbGl0XHUwMGU5PFwvc3Bhbj48XC9hPjxcL3A+IiwiaHRtbCI6Imh0bWxkZWxpbSIsIm1hbmRhdG9yeSI6IjAifSx7ImJzX2NsYXNzX2lkIjoiMTIiLCJuYW1lIjoic2VuZCIsImxhYmVsIjoiTGUgdGVzdCA+PiIsImh0bWwiOiJzdWJtaXQiLCJhZGRfY2xhc3NlcyI6IiIsImFkZF9zdHlsZXMiOiIiLCJhZGRfYXR0ciI6IiIsImljb25fY2xhc3MiOiIiLCJpY29uX3NpemUiOiIiLCJpY29uX2NvbG9yIjoiIiwidGVybXMiOiIifV0sIm9wdHNfYXR0cnMiOnsiYmdfbnVtYmVyIjoiNCJ9fSwiaW1nX3ByZXZpZXciOiJ0ZWEtdGltZS5wbmciLCJ2aWV3cyI6IjE5MyIsInVuaXF1ZV92aWV3cyI6IjEzNSIsImFjdGlvbnMiOiIxIiwic29ydF9vcmRlciI6IjUiLCJpc19wcm8iOiIwIiwiYWJfaWQiOiIwIiwiZGF0ZV9jcmVhdGVkIjoiMjAxNi0wNS0wMyAxNTowMTowMyIsImltZ19wcmV2aWV3X3VybCI6Imh0dHBzOlwvXC9zdXBzeXN0aWMtNDJkNy5reGNkbi5jb21cL19hc3NldHNcL2Zvcm1zXC9pbWdcL3ByZXZpZXdcL3RlYS10aW1lLnBuZyIsInZpZXdfaWQiOiIyMl84MTI5MzUiLCJ2aWV3X2h0bWxfaWQiOiJjc3BGb3JtU2hlbGxfMjJfODEyOTM1IiwiY29ubmVjdF9oYXNoIjoiMzc4MDg3ZWNlOTNjMmJmZWM5YzE0OGIzMTFjMDY2MDEifQ==

 

De quoi est construite l’image corporelle?

Construit multidimensionnel, l’image corporelle se base entre autres sur les perceptions et les attitudes que l’on a de son corps et de son apparence physique. Ces perceptions et attitudes visent le corps dans son ensemble ou des éléments spécifiques comme l’abdomen, le poids, le torse, etc. Selon différents auteurs, deux facteurs sont au cœur de ces perceptions et ces attitudes : l’évaluation, illustrée par le degré de satisfaction corporelle, et l’investissement, démontré par le degré d’importance psychologique accordée par une personne à son apparence.

 

Dangereux, les troubles de l’image corporelle?

Être insatisfait de son image corporelle pourrait entraîner la mise en place de régimes alimentaire et d’activité physique stricts et, dans certains cas, l’abus de substances. Les troubles de l’image corporelle peuvent ainsi donner lieu à des troubles de l’alimentation et des conduites alimentaires, mais également psychologiques (dépression, anxiété sociale, faible estime de soi, etc.) et physiques (dysfonction sexuelle, etc.) ainsi qu’une qualité de vie diminuée.

Les troubles de l’image corporelle chez les hommes doivent donc être pris au sérieux, puisqu’ils servent bien souvent de porte d’entrée vers d’autres problématiques de gravités diverses. Les hommes aux prises avec un trouble de l’image corporelle doivent aussi comprendre qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils ont tout avantage à s’ouvrir à leur entourage, à en parler.

Ce qui est d’ailleurs flagrant quand on regarde la croissance de la courbe liée à l’anorexie chez les hommes.
Se prendre en charge pour surmonter ces complexes, n’est en aucun cas un signe de faiblesse.

 

Source : Prof-il.org

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll Up